Pêche à la mouche du brochet en hiver : les clés du succès en eau froide

La pêche à la mouche du brochet en hiver est une période de l’année qui peut être frustrante et difficile pour pratiquer votre passion. Généralement, vous devrez affronter le vent, le froid, l’humidité. Ajoutez à l’équation une activité amoindris par rapport aux bons mois de pêche comme l’automne ou encore le printemps.

Pourtant, avec quelques ajustements et beaucoup de ténacité. Vous pouvez encore vous en sortir et avoir du succès en matière de pêche. De plus, c’est généralement à cette saison que les gros poissons trophées peuvent apparaître. Donc les plus téméraires d’entre vous peuvent être récompensés par une prise record.

Toutefois, vous devez être un pêcheur extrêmement polyvalent à cette époque. Car, les poissons peuvent ce trouver n’importe ou. Les brochets peuvent être profonds pour trouver une thermocline qui leur convient. Ou dans d’autres cas, un soleil d’hiver brillant peut amener les poissons dans les haut-fond pendant quelques heures pour se réchauffer.

Plus que jamais, vous devez garder un œil sur les conditions météorologiques locales et vous adapter.

Voici quelques conseils pour réussir dans la pêche à la mouche du brochet en hiver :

1/ Localisez les brochets

Maintenant que les poissons se sont bien gavés durant l’automne. Les brochets ont tendance à se retirer dans leurs couches hivernales. De ce fait, ils deviennent moins actifs et leur système digestif ralentit en raison des températures plus froides.

Pourtant, ils ont toujours besoin de se nourrir, ce sera le moment de les traquer. Malheureusement, ces fenêtres d’alimentation peuvent être courtes et se limiter uniquement à quelques zones.

Les poissons blancs ont tendance à se regrouper en bancs plus importants et sont moins dispersés dans l’eau pendant cette période. Comme le brochet, étant un poisson prédateur. Il suivra ces groupes, s’attaquant aux cibles faciles et aux poissons mourants.

Voir aussi : comment pêcher le brochet en automne à la mouche ?

Donc, si vous pêchez depuis un bateau, un échosondeur vous permettra de gagner un temps précieux. Par contre, si vous pêchez depuis la rive, trouvez des rivières qui ne sont pas trop inondées. Les poissons sont un peu plus exigeants en matière d’apport calorique dans les rivières. Car ils doivent composer avec l’eau en mouvement.

Pour le pêcheur à la mouche, le point de départ consiste à trouver des éléments tels que des cassures et tout ce qui peut maintenir les boules de vifs. Vous pouvez être certains que le brochet n’est jamais trop loin de sa source de nourriture en hiver.

Un point important est d’essayer de pêcher le bord et l’extérieur du banc de poissons. Malheureusement, vous ne pouvez le faire qu’à l’aide d’un sondeur. Mais de nos jours, vous pouvez obtenir de superbes petites unités sans vous ruiner. Regardez cet article pour vous en convaincre.

Cela vous donnera une idée de la profondeur à laquelle vous devez pêcher. Ceux qui nous amène à mon deuxième point…

Quelles soie à mouche utiliser ?

Les humeurs du brochet peuvent être assez variables en général, mais c’est encore plus visible en hiver.

Certains jours, vous devez mettre votre mouche juste devant leur nez dans une eau profonde de 5 à 10 mètres pour provoquer une prise. D’autres fois, ils peuvent nager sur plusieurs mètres de profondeurs pour attraper votre streamer présentée entre deux eau.

C’est là que vous avez besoin de soies différentes pour faire face à différents scénarios.

En hiver, je pêche la plupart du temps dans le confort de mon bateau, sur des sites dont la profondeur moyenne est de 6 à 12 m. Mes soies de prédilection sont une S3, une S7 et une T12. Même si j’essaie de ne pas trop utiliser cette dernière. Car elle demande beaucoup d’efforts pour lancer toute la journée.

Mais le véritable secret de la pêche du brochet en hiver est d’aller très lentement. Low and slow comme disent nos amis suédois. Pour se faire, essayez de pêcher avec une ligne la moins coulante possible.

Cela peut être long et ennuyeux d’attendre que votre soie descende. Mais j’ai bien peur, que cela fait partie du jeu.

Gardez toujours le contact avec votre mouche pendant qu’elle descend. Car il peut y avoir des coups dans la chute et le mou de votre ligne peut ruiner toute détection de touche.

Maintenant il vous reste à adapter votre mouche à votre ligne…

Quelle mouche pour la pêche du brochet l’hiver ?

Encore une fois, nous sommes confrontés à un choix très large. Mais pour le réduire, j’aime les streamer qui sont à la fois bruyants et qui ont une présence notable dans l’eau.

Quand ce sont les jours les plus courts de l’année et que vous pêchez en profondeur. Les Wiggle Tails, les Rattles, et les têtes de type T-Bone attachées avec le Fish-Skull Body Tubing sont excellents.

Le choix des couleurs ne sont pas si importantes. Toutefois, vous voulez quand même que les poissons trouvent facilement votre mouche. Pour en savoir plus regardez notre article sur Quelles sont les meilleures couleurs de streamer pour pêcher le brochet à la mouche ?

Il est également important d’avoir avec vous une sélection de cônes et de disques en tungstène. Afin de pouvoir modifier facilement la vitesse de descente de votre mouche en ajoutant simplement les cônes à l’avant de votre streamer.

Vous pouvez ajouter quelques perles de verre entre les cônes pour créer un bruit de cliquetis plus fort à chaque fois que vous dépouillez.

Restez tenace (never give up)

N’abandonnez pas ! La pêche hivernale du brochet à la mouche est difficile. Mais si vous trouvez les poissons blancs et les caractéristiques, vous saurez que le brochet n’est pas très loin.

La question est : seront-ils d’humeur à se nourrir ce jour-là ?

J’ai passé de nombreuses heures et de nombreux jours sans voir l’ombre d’une touche en hiver. Mais certains de mes plus gros et plus mémorables poissons sont venus pendant les mois les plus froids.

Voici une petite vidéo pour trouver la motivation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *